Notre médaille d’or (1re partie)

Pour souligner la finale de la partie “écriture” du Petit Chaperon Rouge 2.0, mes élèves et moi avons vécu une expérience formidable. Depuis 5 semaines, le conte s’est immiscé dans treize classes de cinq pays, toutes aussi impliquées les unes que les autres. Ces journées ayant été entrecoupées d’évaluations et de plusieurs dérangements, je n’ai pas pu suivre les classes comme je l’aurais voulu avec mes élèves. Mais, j’ai décidé de me reprendre et c’est pourquoi j’ai été bien heureuse d’avoir la chance d’organiser une vidéoconférence entre ma classe et celle de Karine Godin-Tremblay, enseignante de 1re année du Saguenay.

Jeudi dernier, alors que l’équipe féminine de hockey du Canada remportait sa médaille d’or aux jeux olympiques, mes émotions étaient semblables aux leurs de par l’excitation à l’idée que mes élèves allaient assister en direct à l’écriture de la finale du Chaperon rouge 2.0 pour ensuite rencontrer les élèves sur Skype. Car on a beau collaborer, lire les écrits des autres classes pendant le projet, le fait de voir en direct les auteurs des deux dernières pages valait son pesant d’or!


Entendre mes élèves lire le texte alors que Karine écrivait sur le document Google projeté au TNI fut, je dois le dire, un moment fort de cet avant-midi. Quelle satisfaction! Puis, nos caméras se sont ouvertes devant des élèves ébahis de rencontrer leurs semblables à l’écran. C’est donc en dégustant les galettes de Mère-Grand qui, en catimini, était venue nous les porter (merci maman! 😉 ) , que les élèves ont fait connaissance et que Karine et moi avons pu discuter du projet. C’était un fort beau moment. Un de ces moments auquel on souhaiterait que tous puissent assister. Car la technologie en classe, c’est ça aussi: avoir la chance de discuter d’un projet commun avec des élèves qui sont à centaines de kilomètres autour de bonnes galettes. De l’émotion pure!

Et c’est toujours comme ça avec la bande du Chaperon rouge. On a des idées, on partage sur Twitter, et tout se met en place facilement et dans le plaisir. Nous n’avons pas besoin de réunions à n’en plus finir, ni de discussions qui ne mènent nulle part. Ce que  j’admire, c’est leur vivacité, leur ouverture d’esprit et leur sens du partage.

Image de prévisualisation YouTube

Quand je pense à Nicolas Olivier qui, en 24 heures, a produit la trame musicale de la chanson « Promenons-nous dans les bois », à Anne Rodde qui a enregistré ses élèves pour aider les classes à s’entraîner, ou à Émilie Arseneault qui a publié une magnifique bande-annonce (voir plus bas) avec ses élèves, je me dis que je suis choyée de travailler avec tous ces gens qui embarquent à fond et y mettent autant d’énergie.

Il y a aussi les classes de Manon Roy-Richardson et Nadia Racine qui ont travaillé si fort à illustrer le conte en novembre et décembre dernier.

Antoine Michel et ses devinettes.

 

Sans oublier les effets sonores que les élèves de Nicolas Olivier sont en train de créer.

 

Les photos de Mélanie Houle:

Les livres de la classe de Claire Bertolini.

Les activités de Marie Saunière et ses élèves de la maternelle.

 

Et tous les autres qui m’ont sûrement échappé. Il n’y a qu’à suivre la balise #LePCR sur Twitter pour se rendre compte de toutes les activités qui entourent ce projet.

Image de prévisualisation YouTube

                           Bande Annonce de la classe d’Émilie Arseneault.

Car un projet semblable ne se fait pas tout seul. Et il peut très bien être ordinaire si les enseignants y mettent moins d’énergie. En reproduisant le même projet cette année, j’ai cru un moment que le coeur y serait moins, mais en voyant toutes les activités de lecture que les classes ont faites et les multiples projets rattachés au Petit Chaperon rouge, je suis à nouveau renversée par la participation de ces enseignants et ces élèves ( la liste des participants au projet sur Twitter). Plusieurs de ces participantes seront d’ailleurs présentes lors de l’atelier du Petit Chaperon rouge qui sera présenté au REFER et dans lequel la production finale sera dévoilée. Nous avons toutes très hâte de faire connaissance!

Voir la version écrite du conte avec les illustrations

Présentement, les classes en sont à pratiquer la lecture de leurs pages dans le but de faire la narration du texte pour la version finale du livre qui sera publié sur Youtube et iTunes. Elles s’entraînent aussi à chanter la chanson qui deviendra une chorale à 300 voix grâce à la magie de la technologie. Je leur souhaite bon courage et je leur envoie toutes mes félicitations pour leur belle participation en incluant les élèves de Nicolas qui travaillent présentement sur les effet sonores.

À tous, je décerne la médaille d’or de la collaboration! Merci aux 325 élèves et à leur enseignant(e) en or!

À lire demain: le témoignage de Karine Godin-Tremblay

Comments are closed.